Nénuphars

Comme on le sait suite à des trahisons en chaîne de gens passés à l'ennemi sioniste comme l'extrêmiste Kemi Seba ou le gros Salim Laibi, ou encore d'infiltrés découverts comme la juive sioniste Belghould, j'ai senti le besoin de freiner un peu ce torrent. 

Je le fais sur la base d'un article à charge contre Soral qui m'a particulièrement énervé.

Cet article affirme que Soral ne serait pas progressiste, mais serait même conservateur, je démontre que cet auteur dit n'importe quoi. Pour ceux qui veulent lire l'article en entier d'abbord le voici:

http://2ccr.wordpress.com/2014/07/25/le-cas-soral-la-casserole/

Voici ma réponse:

Soral est suffisamment habile pour saupoudrer ses diatribes de réflexions apparemment progressistes et de critiques relativement pertinentes de divers groupes politiques ou de phénomènes de société comme le communautarisme. Ce faisant, il espère endormir la vigilance de son auditoire et, ainsi, faire passer «en fraude» sa camelote d’extrême-droite.

 

Bien notre petit rigolo commence par accuser Soral de ne pas être sincèrement progressiste et d’être en vérité ‘‘d’extrême droite’’ il faut l’oser, (d'autant que l'extrême droite la plus dure c'est le sionisme) d’autant que pour l’heure il affirme sans n’apporter aucun argument.

Soral a compris que, s’il veut «ratisser large», il doit avoir un discours flou et changeant, et savoir «s’adapter à son public». Cette faculté d’adaptation lui permet, certes, d’espérer rencontrer du succès au-delà des seuls nostalgiques du IIIè Reich et des admirateurs du fascisme Mussolinien… mais c’est au prix de ridicules pirouettes théoriques et pratiques.

Toujours aucun argument, mais par un procédé talmudo-sioniste appelé pillpul, notre petit rigolo de service va chercher à diffuser le doute chez le lecteur, laisser penser que l’auditeur normal d’Alain Soral est un nazi nostalgique d’Hitler !!!! Soral, qui est à l’origine membre du parti communiste qui justement l'a quitté à cause de sa droitisation ! déjà au parti communiste, alors vous parlez du IIIè Reich ? C’est ridicule.

 

Soral conseille de lire « le programme économique » du Front National. C’est sans doute en qualité de «marxiste» que Soral qualifie le FN de «mouvement qui évolue vers la vraie gauche, la gauche sérieuse, la gauche économique» , voici en vrac : «libérer au maximum l’entreprise des contraintes de toute nature qu’elle subit», «libérer le travail et l’entreprise de l’étatisme, du fiscalisme et du réglementarisme », «renégociation de la durée hebdomadaire du temps de travail par branches d’activité», «simplifier le Code du travail», «développer les régimes de retraite complémentaire par capitalisation», «obtenir des économies budgétaires en réorganisant la Fonction Publique, par le non-remplacement d’une partie des départs en retraite».  Avec une telle conception de la «gauche économique», il n’est pas étonnant que Soral puisse dénoncer la «société d’assistanat» tout en continuant à se prétendre «marxiste» !

 

Argument talmudo-jésuite. Si Soral à parlé du programme du FN en bien sur un domaine donc il approuve sont ultra libéralisme ?!!!

Avec ce raisonnement si l’ultra-sioniste Zemmour parle de Marx c’est forcement qu’il est entièrement Marxiste ?

Et jusqu’à preuve du contraire, oui Soral est marxiste et il l’a réaffirmé à plusieurs reprises, c’est même officiellement écrit sur son site.

Les rares points qu’il aime dans le programme FN c’est les petits points marxistes (que le FN utilise comme appât).  

 

 

Soral définit la France comme un «régime totalement policier et totalitaire»… où les flics «n’ont plus aucun pouvoir» depuis  très longtemps» ? La contradiction est évidente, mais Soral espère probablement séduire les jeunes de banlieue et une partie de l’extrême-gauche avec sa rhétorique pseudo-libertaire et anti-keuf, tout en rassurant ses soutiens (et souteneurs) d’extrême-droite avec un discours plus traditionnel sur le thème de l’autorité qui n’est plus respectée. Soral se plaît à répéter que le Système «divise pour mieux régner» : c’est indéniable…

 

La réponse est simple pour un cerveau qui fonctionne comme il faut, la police est totalitaire avec les arabes, les roumains ou les noirs et discriminent les peuples pauvres. La police seras d’une cruauté sans pitié pour un bébé ou un vieillard qui fera une quenelle devant un site juif. Mais elle n’aura aucun pouvoir face à un milicien armé de la LDJ qui rode sans crainte dans les rues de Paris.

    Soral lui-même suit ses propres conseils et divise pour mieux régner ! Après avoir fait des maghrébins des boucs-émissaires, il leur conseille de se retourner contre les nouveaux arrivants en France et, au passage, il se dédouane de ses propres responsabilités en accusant le «Système» d’être à l’origine de leur stigmatisation. Le plus amusant est que les fafs applaudissent ces propos d’Alain Soral ! Les mêmes qui, en d’autres circonstances, mettent en avant l’existence d’un racisme anti-blanc pour convaincre les électeurs d’accorder leurs suffrages à l’extrême-droite… Bonjour l’hypocrisie !

 

 On ne sait où notre sionistorigolo à vue que Soral a fait des arabes des bous-émissaire ça se serait, d’ailleurs il est hait par le FN parce qu’il est contre le racisme. Dire l’inverse c’est oublier que son organisation vise la réconciliation justement.  

Ensuite il faudrait peut être dire à mongolito, que jamais Soral n’a parlé de racisme anti blanc, qu’il n’y croit pas et qu’au contraire ce sont les sionistes comme « Filkencrotte » qui parle de prétendu « racisme antiblanc ».

Ce qui est très drôle c’est qu’il accuse Soral de mener des gens vers le FN alors que dans les faits Soral fait l’inverse, il transforme nombre de facho en communistes et en progressistes.

Soral se dit «révolutionnaire», en période de crise économique, ça passe mieux que «contre-révolutionnaire» ou «royaliste»… mais il s’agit de «révolutionnaire» bien particulier : un «révolutionnaire» qui est un anticommuniste primaire, qui soutient les contre-réformes et qui dénonce les grévistes. Et pendant que certains fachos se réclament de Che Guevara, d’autres découvrent les situationnistes…  Des identitaires se prétendent même «enfants de la Commune et du 6 février 1934». Soral se livre à cet exercice en se réclamant notamment de «Michéa». On le comprend : pour réussir la prouesse de défendre ouvertement une fraction du patronat tout en restant «marxiste-compatible», il fallait au moins la caution d’un intellectuel qui se réclame du Socialisme, et pas de la «gauche» : dans l’esprit de Michéa, ce n’est pas la même chose… c’est même antinomique. Et bien sûr ne pas oublier Friedrich Wilhelm Nietzsche, très important, des références Nietzschéenne, ça en impose ! Pauvre Nietzsche récupéré par Soral !

 

Arrêtons-nous une seconde et récapitulons. Où en sommes-nous dans toute cette confusion ?

Il n’a pour l’instant fait que des accusations gratuites.

Là il est pour une fois précis, il ne ment plus par sous-entendu mais il ment sur un sujet préçis : il l’accuse d’être « anticommuniste primaire » et de soutenir la « contre réformes ». Anticommuniste, Soral, lui qui est Marxiste cet admirateur de la Yougoslavie de Tito. Un pur mensonge. 

En plus il laisse planer que Soral serait « contre révolutionnaire » et « royaliste » ce qui évidement est absurde.  Son modèle est une dictature du prolétariat avec un tribun qui aurait une dictature temporaire pour rétablir le pouvoir au peuple in finé avec un système qu’il n’a pas défini, même s’il pense au tirage au sort, cette idée de dictateur temporaire contre les ennemie du peuple est à la base une idée de …Marat…rien de bien royaliste.

Et le maître de l’amalgame continue si des indemnitaires (quasiment tous sionistes) font un amalgame (claire et établi)  alors Soral ferait aussi un amalgame.

Et lequel ? C’est simple, puisqu’il serait conservateur selon les sous entendu permanent dénuer de tout faits, s’il se revendique d’un progressiste c’est qu’il est ambiguë !!!!  A pleurer de rire.

 

Soral ressort également une ruse habituelle du fascisme pour servir de «paratonnerre» à la bourgeoisie en temps de crise économique : il dénonce régulièrement et avec insistance le «capitalisme financier spéculatif» et la «finance mondiale spéculative», espérant que les exploités ne s’apercevront pas que le problème est plus global et que c’est toute la société de classe (Alain Soral compris) dont ils doivent se débarrasser.

 

Et voilà qu’il accuse de nouveau Soral d’être fasciste. Il semble affirmer que Soral ne parle pas de classe social, ce qui est faux.

Pire il assimilerait Soral à un membre de classe exploiteuse, ce qui est hautement absurde, non Soral est un prolétaire qui ne vit que de son travail (en l’occurrence réveiller le prolétariat) et NE FAIT RIEN A COTE, alors un peu de respect pour une personne qui voue sa vie au peuple.

 

Soral  par ses diatribes se fait passer pour un type qui ose s’en prendre aux «puissants» alors qu’elles ont pour fonction objective, en ne visant que des personnalités à l’origine ethnico-religieuse (supposée !) commune, d’épargner la bourgeoisie dans son ensemble en détournant le prolétariat des approches strictement «classistes». Dit plus clairement, pour Soral, les Français sont des cons, et au final c’est bien un représentant d’extrême droite qui fait passer son venin réactionnaire en le prétendant «ni de gauche, ni de droite».

 

C’est de toutes les attaques la plus digne de réponse. Marx défini en gros qu’il y a une lutte entre prolétaires et les bourgeois, entre les exploiteurs et les exploités.

Mais les exploiteurs bourgeois sont de plusieurs sortes explique Marx. Il y a tout en haut l’aristocratie financière, puis les capitaines d’industrie ex…jusqu’au petit bourgeois qui tient une petite entreprise ou une boutique avec des employés.

L’aristocratie financière, explique Marx ce sont des réseaux fermés où les gens ne se mélange pas, (ça vous dit quelque chose ?) Paul Lafargue propre gendre de Marx écrit qu’il s’agit de « Rotshild et les siens » et Marx explique que Rotshild est tout en haut et que tout autour de lui la communauté organise l’exploitation mondiale.

Des communistes utopistes considéraient qu’il fallait faire une lutte contre touts les exploiteurs en même temps, comme Bakounin par exemple. Mais Marx a été très dur avec cette position, pire, il a même clairement dit qu’il fallait par moment s’allier avec les petits bourgeois pour instaurer le communisme et Lénine a fait ainsi, au début le parti travaillait avec quelques petit producteurs privées.

L’essentiel explique Marx au début c’est d’exproprier les possesseurs du grand capital (soit les sionistes) et de nationaliser leurs biens.

Pour les autres bourgeois, comme disait Lénine « ils apporteront eux même la corde pour se faire pendre ».

Au final Soral est un des rares penseurs modernes à rester sur la voix tracé par Marx.