Nénuphars

 

Le sultanat d'Oman a déjà signé un premier engement en vue de faire livrer Aicha Kadhafi à la Libye pour le mois de mars. 

En attendant Oman a signé comme quoi cette derniere ne pouvait plus jouire de sa liberté dans le sultanat. Elle a donc été internéE à l'hopital Idah à Mascat, dans la section des prostituées. Elle est attachée à un lit et n'est détachée que pour manger, aller deux heures par jour à la video obligatoire sur ses crimes et faire des traveaux d'interet généreaux pour l'hopital sous surveillance deux autres heures, comme passer la serpillères ou faire les toilettes.

Elle a droit à une douche une fois tous les cinques jours.

La demande de pouvoir faire des promenade à été refusé au nom de la sécurité et de sa grande culpabilité.

Le personnel, intégrallement féminins est autorisé à la frapper en cas d'indispline, ou à la bailloné, ainsi qu'à la fouiller ou deshabiller à tout moment ou encore l'isoler en camisole le temps qu'il leurs convient, ceux même en la privant d'un ou plusieurs repas et à n'importe qu'elle heure du jour ou de la nuit.

Toutes ses pièreries on été réquisitionés à savoir cinque bagues, trois colliers, vingt deux boucle d'oreille, dix-sept bracelet, vingt-deux diaments et soixante quinze objets autres pour un totale d'une valeure estimé à 15.000.000$, elle devrait retourner en Libye avec elle, mais pour le peuple. 

Elle n'a plus droit au maquillage, elle a étée rasée et ne peux plus utiliser de vernie ou parfum.

Elle a eu le droit à son dernier coup de telephone à l'hopital, elle n'a plus le droit à présent, elle a telephonnée à son amant Farhid qu'elle a rencontré à Oman et qui a quitter pour elle sa femme et ses enfants.

La télévision nationale d'Oman à diffusée des images du palaie qu'occupait Aicha Kadhafi, ont y voit, de l'alcool en grande quantité, des liasses de dollards américains, et des objets érotiques en grandes quantités. La télévision Libyenne à retransmit aussi ses images. 

La Libye c'est félicité de l'accord qui doit être bientot definitif. En vérité Oman ne le fait pas pour la Libye ou par égard aux nombreuse victime de cette femme, mais aussi parce qu'elle a commis des actes punissable en ce pays où elle est protégée par l'imunité.

Le sultanat n'a pas caché qu'il avait dans l'intention une fois Aicha en Libye d'émettre lui aussi des accusations contre cette femme. Notament pour le renversement en voiture d'un enfant de cinq ans avec sa grande soeur de dix ans, mort tout deux, accident commis en état d'ivresse et Aicha a toujours refusé de donner un sentime à la famille qui n'a demander que de l'argent pour "compenser le sang".

Elle risque en Libye la peine de mort et pese sur elle pas moins de cent-quatre chefs d'accusation dont presque une vingtaine sont passible de mort.