FDFDB

Peuple Libyen.


Je vous écris une nouvelle lettre en ce 25 janvier 2016.


Comme je vous l'ai dis je n'ai jamais quité le combat, je n'ai jamais faiblie dans ce combat, jamais douté et je n'ai jamais eu peur de nos ennemis. Je suis avec vous, avec chaque Libyen qui lutte.
Notre peuple est le premier des peuples, il a en lui une force unique, il a déjà prouvé sa capacité à se gouverner par lui même.

Mon père a donné à ce peuple unique perle des peuples arabes, un cadeau inestimable, la Jamariwa Libyenne, qui ne ressemble a aucune Jamariwa au monde.
Il serait impenssable que le peuple Libyen en luttant contre des rats infectes jetté sur son territoire oublit ce trésord.


Il est un fait que les Libyens qui se battait hier dans l'armée de mon père, celle que je vais reconstituer, ont après une période de trouble choisit de se battre avec "l'armée des tributs". Cette armée en desorde est un mélange insensés ou le moteur commun n'est pas de rétablir la Jamariwa. Certains groupes prennent des symboles comme le drapeau vert ou une chasson et attirent ainsi dans leurs rangs des partisans de la Jamariwa.


Mais que font ses groupes pour son rétalissement? Rien ils utilisent les discourts de mon père sur les tributs pour appeller ses partisans à l'obéissance tribal mais dévie la lutte en une lette tribale, non pour rétabire la Jamariwa mais pour un pouvoir tribal ilimité.


Et d'autres de cette armée s'allie avec des islamistes pour combatre parfois le gouvernement de Tobrouk parfois celui de Tripolie, beaucoup d'allie avec Anshar al Sharia, groupe terroriste qui a partisipé au coup d'Etat contre mon père comme on le sait. Quelle honte, mon père aurait honte de nous.
Les Touareg quant à eux, eux qui furent si vaillants avec mon père, ils sont ceux qui se defendent le mieux, le territoire est resté sous leurs controles, certaines zone n'ont jamais étaient infesté de rats. Et que font ils? Que font ils?


Il ne reviennent pas à la Jamariwa! il font comme s'ils n'étaient plus Libyens! ne l'étaient ils que pour prendre des aides de mon père? Ne l'étaient il pas pour prendre l'eau courante le gaz et pour jouire de tous les aventages d'un Etat bien géré? Ont est d'un pays quand tout va bien et on se sépare de ses concitoyens quand il y a des problêmes?


Les Tobous n'ont pas mieux agit, pire beaucoup se sont allié avec le gouvernement des rats de Tobrouk. Quand aux Kabyles, beaucoup de mensonges ont été dit. Mon père à toujours potégé leurs cultures et leurs livres ont été plaçés en biblioteque d'Etat. Mais s'est opposé à des extrêmistes qui niant leurs arabité voulait utiliser leurs dialectes contre l'arabe et faire de leurs enfants des gens extérieur à notre pays.
Cette follie à reprit dans cette région et elle devra cesser, et par Allah il ne réeusiront pas à gagner.


Partout où nous nous tournons nul part nous ne voyons de groupes importants qui a pour objectif claire de rétablire la Jamariwa avec un guide à la tête du pays.


C'est à présent ce que je lance, un combat avec cet objectif, rétablire la Jamariwa Libyenne avec un guide à sa tête, je jure de lutter juqu'au bout pour cela, et je suis prête à mourire pour ce combat. Je demande à chaque Libyen de me suivre au nom de notre objectif commun.


J'appelle dans un premier temps les chefs de tributs à me prêter àllégance pour le combat. En tant que Liautenant-général je serait votre guide au moins le temps de reprendre le pays. J'appelle les membres de l'armée des tributs à faire préssion pour que chaque chef de tribut le fasse. Pour l'heure que personne ne quite son armée quel que soit la position du chef de tribut.


Dans les mois à venr je formerais un gouvernement clandestin qui sera connu aux vrais Libyens par l'intermédiaires de chefs de tributs Kadhafiste ou des personnes de confiance et il opérera de l'extérieur et vers l'intérieur.


J'appelle chacun à lire et relire le "livre vert" de mon père, à le faire lire à ses enfants et à l'apprendre par coeur même. J'appel chacun à porter des portrait de mon père le guide de la Révolution Kadhafi, à en instaler chez soit. Prenant la tête de la lutte je demande aussi d'en faire de même avec mon portrait, non pour ma personne mais pour le symbole que je porte en ce moment.


Je fuis personellement mon propre portrait, mais je sais qu'il est nessaisaire à l'unité nationale d'avoir un portrait en commun.
Je veux dire à chaque Libyen que je suis avec lui, quand vous combatez je combat avec vous, mon esprit est au côté de chacun d'entre vous qui luttez pour rétablire notre systême, le systême que veux notre peuple.


Je veux exprimer aux Libyens l'amour que j'ai pour eux, c'est l'amour d'une mère pour ses enfants, j'aime chaque Libyen comme une mère aime son fils et comme une mère, j'espère avoir en retour l'amour que des enfants porte à leur mère. Comme chaque mère je veux revoir mes enfants. Et comme chaque mère je me bat pour mes enfants.


Nous devons nous unir pour la lutte, pour la victoire, pour venger la mort de mon père.


Les croisées et rats pensaient avoir gagnés en tuant mon père, mais ils rencontrent un peuple uni et ils sont loin d'avoir gagnés. Depuis l'assasinat de mon père ils sont maudit et n'arrivent à rien les richesses naturelles du pays ne leurs sont d'aucun secour, un soufle de folie et de division les a frappés et les frappera jusqu'à leurs morts. Ce qu'il nous ont fait subir ne sera rien par rapport à ce qu'ils auront.


Ils ne gagneront pas je le jure. Allah est avec nous et nous gagnerons.

Liautenant-général Aicha Kadhafi