Elu au printemps 2015 dans un pays que la politique néolibérale avait mit en faillite, Tsipras à véritablement sauver son pays n'en déplaise à ses détracteur. Certes ils a fait quelques compromits et n'a pas utilisé la méthode frontale tel que lui demandait notamment le parti communiste, mais ce qu'il a fait et bien mieux que rien et la Grèce a bénéficier de sa politique socialiste. 

Nénuphars

Il y a deux ans on se demandé si le pays allait sombrer, à présent on lui se bouscule pour lui prêter tant l'économie du pays est viable. Le pays à ainsi levé pas moins de 3 milliard de dollars. Cet argent servira aux dépenses du pays.

La politique de gestions de crise de Tsipras se résume ainsi; il y a une crise il est donc normal que tout le monde paye plus d'impots selon Bruxelles, certes, mais d'abbord les plus riche insiste Tsipras et la progressivité doit s'accompagné d'une exonération totale pour les plus petits salaires. 

Les Augmentations d'impots doivent pour lui non permettre uniquement de sortir de la crise, mais de poursuivre à financer des programmes sociaux, notamment les aides aux femmes de mènages, mesure emblématique de Monsieur Tsipras.

Ainsi quand Bruxelles demande des coupes budgétaire c'est un non catégorique! les baisses ont été faites en 2015, depuis il est hors de questions pour Tsipras d'en faire de nouvelles alors que le pays est en croissance.

Sur le plan international Tsipras se bat pour une Europe plus égalitaire, contre les paradis fiscaux et lutte sévèrement contre les niches fiscales.