photos : la mobilisation citoyenne pour élire une assemblée constituante le 30 juillet a surpris jusqu’aux partis chavistes et a paralysé la stratégie violente et médiatique de la droite.

      D’un jour à l’autre, les tranchées de l’Est riche de Caracas ont disparu. Comme un épais brouillard qui aurait tout enseveli puis se serait dissipé. Laissant apparaître un échec clair et net, aussi rapide que le repli commencé le 25 juillet et rendu décisif par la journée du 30 juillet, lorsque plus de huit millions de citoyen(ne)s des zones populaires ont défié les violences de la droite pour aller élire une Assemblée Constituante, surprenant même les partis chavistes.

Les scénarios de guerre des rues qui envahissaient photos, titres des journaux, discours et réseaux sociaux sont délaissés. Le passé récent semble lointain, les corps en flammes des afrodescendants brûlés vifs par ceux que les médias nous ont repeints durant trois mois en « combattants de la liberté », les attaques nocturnes près du palais de Miraflores, les nombreuses news montrant l’autoroute Francisco Fajardo envahie par les gaz, les boucliers et autres spectacles ne paraissent plus que des souvenirs à l’odeur de cendre.

Le passé est-il révolu? Un question se pose, appelant une réponse sérieuse : où sont passés les groupes de choc qui ont sévi pendant trois mois, les structures paramilitaires qui ont assiégé des villes des jours durant, les bandes qui agissaient comme des mercenaires? Difficile de croire qu’ils s’en sont retournés chez eux…

Retour à la normalité donc, à un ordre restauré à l’intérieur du désordre d’un moment historique caractérisé par l’emploi de coups à l’estomac pour couper le souffle et de coups de crosse pour mettre KO. Retour aussi à une capacité de réflexion moins confuse que celle imposée par un épisode insurrectionnel d’une droite latino-américaine. Une fois le brouillard dissipé, l’ennemi en pleine réorganisation, montrant des signes de crise et laissant entrevoir la main invisible de l’Amérique du Nord retourne son regard sur lui-même, c’est-à-dire sur nous-mêmes, la Révolution. Car n’est-ce pas de cela qu’il s’agit? D’un espace d’analyse approfondie destiné à la repenser, la théoriser, la réviser et dégager des questions comme :

En quoi consiste la stratégie chaviste? Jusqu’où sommes-nous prêts à aller?

L’Assemblée Constituante nous a sorti de l’impasse. Le Président a visé juste et a bien piloté. La bataille politique, l’importance de la confrontation, ses résolutions possibles ont eu pour résultat l’épopée électorale, la réponse pacifique, du 30 juillet. Tous les autres problèmes étaient passés à l’arrière-plan devant l’éventualité de voir le pays s’engager dans une guerre civile et dans une logique de gouvernement parallèle, se trouvant dans l’incapacité de trouver une solution démocratique au conflit. C’était l’une des raisons de la participation massive au vote.

Maintenant l’Assemblée Constituante se réunit au quotidien, les élections des gouverneurs approchent –le temps reprend un rythme accéléré – l’épopée laisse place au quotidien, et deux dimensions se dégagent de ses débats et/ou de sa crise : la dimension politique et la dimension économique.

La dimension politique

Des contradictions se font jour, c’est inévitable. La question se pose : comment les traiter? L’une d’elle est que le processus révolutionnaire crée, à partir de ses centres de direction, des instances et des participants avec lesquels il a ensuite des difficultés à communiquer. Un exemple paradigmatique en est le mouvement des agriculteurs , une cible stratégique comme l’a souligné Hugo Chavez, avec lequel la direction et ses institutions ont maintenu et maintiennent toujours une relation reposant sur une connaissance insuffisante et/ou une volonté de contrôle.

La dynamique qui s’en dégage pourrait être synthétisée de la manière suivante : ceux qui ouvrent des portes doivent ensuite les refermer, et ceux qui ont été convoqués ont essayé de les ouvrir. C’est ce qui semble émerger de l’Assemblée Constituante avec les particularités de son espace et l’apparition toute récente de cette jeune instance. L’Assemblée Constituante a une richesse : sa représentativité de la société vénézuélienne et son caractère populaire. Elle représente des agriculteurs(ices), des paysans(nes), des ouvriers(ères), des étudiants, des indigènes, des personnes handicapées, des retraités(es), des entrepreneurs et des représentants des régions. Que signifient tous ces gens réunis là pour le pays? La politique enclenchée avec cette convocation non-partisane semble contenue dans le même langage, les mêmes personnes, les mêmes noms.

Tout le monde sait qu’un renouvellement interne du processus révolutionnaire est nécessaire – c’est aussi inévitable que l’existence de contradictions – l’Assemblée Constituante et la dynamique qui la parcourt consistant à se déplacer dans les régions, à aller à la rencontre des communes, à s’ouvrir à des critiques, des propositions nouvelles et à la mise en œuvre de solutions, peut être le lieu de cet éventuel renouveau. Ce qui permettrait d’éviter à l’Assemblée Constituante de se transformer en nouveau pouvoir public qui se réunit entre quatre murs. Car il s’agit avant tout de créer un mouvement historique de participation de tous les protagonistes, dans lequel le peuple prendra part aux débats, aux travaux constitutionnels, à la résolution des problèmes et aux formes de société qu’il souhaite. Il doit s’agir, comme prévu, d’un processus constituant, d’un pouvoir originaire.

Il existe toujours une marge entre les paroles et la réalité, mais aussi la possibilité de la réduire.

LA DIMENSION ECONOMIQUE

Le risque que présente une Assemblée Constituante qui ne parle pas le langage des citoyens ordinaires est aggravé par la situation économique.

Si nous avons repris l’initiative au niveau politique -le débat sur l’Assemblée Constituante est d’avant-garde dans l’exercice de la démocratie en Amérique Latine surtout et c’est à la dimension politique du conflit que le chavisme doit sa supériorité-  la situation reste caractérisée par la forte pression sur le plan économique. La fureur avec laquelle l’attaque contre la monnaie a été déclenchée après le 30 juillet, la manière dont la majorité de la population supportait et supporte encore la spéculation exercée en toute impunité, la flambée des prix, la perte du pouvoir d’achat et la détérioration des conditions de vie sont devenues évidentes. L’explication politique des causes de la situation économique permet de susciter un réflexe de résistance durable au sein de la population. Mais jusqu’à quand? Jusqu’à quand peut-on parler de guerre économique alors qu’elle ne va qu’en s’aggravant? Jusqu’à quel point la révolution pourra-t-elle continuer à ne pas capituler en gardant le silence face à une regression économique qui ne fait que s’accroître?

Il faut prendre des mesures. La population le demande clairement.

Dans l’immédiat, il faut freiner la hausse des prix de tous les produits et services –hormis ceux qui appartiennent à l’Etat, comme le métro par exemple- devenu pratiquement gratuit, la fuite des devises, remédier aux difficultés à se procurer des médicaments. Il faut faire preuve d’autorité pour remédier à cette situation, rétablir l’ordre devant ces faits, sévir contre la spéculation et la corruption surtout : la corruption privée et publique aggrave une situation déjà difficile en situant une part du problème au sein même des rangs chavistes. On l’a constaté avec la mafia de la Procureure générale Luisa Ortega, transformée en « chavisme critique » par un gauchisme occidental sous influence médiatique. Tout a donc commencé et se termine là?

Sur le plan économique aussi existe un niveau stratégique où se joue la part essentielle du modèle de société en construction. Il semble y avoir consensus autour de trois formes de propriété à mettre en œuvre : privée, publique et sociale/communale. Les signaux donnés actuellement par la direction indiquent une concentration d’efforts pour atteindre le premier objectif, qui est d’œuvrer à l’émergence d’un entreprenariat national -mais jusqu’à quel point une bourgeoisie nationale peut-elle se développer dans le cadre des économies latino-américaines actuelles?- et de maintenir des accords avec les grandes sociétés d’importation, pourtant désignées comme responsables du désapprovisionnement et de la hausse des prix.

Par contre, l’enjeu du développement de l’économie qui restera entre les mains de l’État n’apparaît pas clairement. Il faudrait définir quels seront les domaines concernés et faire le bilan des expérimentations réalisées ces dernières années, ainsi que celles faites au niveau communal. S’agit-il d’une décision prise sous la contrainte d’un contexte de crise, y aurait-il à la base une volonté communale, ou bien la stratégie adoptée reposerait- elle sur le secteur privé auquel seraient subordonnées les deux autres formes de propriété?

Ce tableau – incomplet- révèle une immersion dans des problèmes causés par les prix du pétrole et l’affrontement à une guerre économique dirigée par les États-Unis dont l’objectif est d’isoler le pays, de l’asphyxier, de le mettre sous blocus afin d’aggraver les difficultés économiques dans le but de lasser la population et de l’éloigner de son gouvernement.

C’est dans un tel contexte que les débats ont lieu, avec un pistolet sur la tempe.

Le brouillard dissipé, les débats peuvent commencer, les pratiques, les stratégies, les perspectives repensées. Jusqu’à quand cela durera-t-il? A quel moment la droite et les États-Unis reviendront-ils déclencher une nouvelle insurrection armée dans la rue que les médias opposeront à une « répression de Maduro » ? Mais cette question est peut-être mal posée : l’insurrection a lieu aujourd’hui-même, non pas dans la rue mais sur le plan économique. Selon toute logique, répondre à cette escalade au moyen des formules déjà utilisées ces dernières années devrait aboutir à des résultats similaires. Mais il devient urgent de changer les formules, à moins que les résultats ne soient bons ou pas trop mauvais au vu du scénario à affronter. Bons dans les chiffres macro ou dans la vie des citoyens ordinaires?

La population met tous ses espoirs dans l’Assemblée Constituante . Où les placer sinon là? C’est pour cela qu’elle est allée voter, pour obtenir des réponses concrètes, immédiates et stratégiques. La droite n’a rien proposé durant l’année et demi passée à la tête de l’Assemblée Nationale, elle a juste ciblé sa tactique sur l’aggravation de la confrontation politique par une escalade vers un coup d’état. Elle n’a pas su gérer sa victoire électorale et n’apparaît pas comme une alternative pour répondre aux attentes de la population. Cela fait partie de sa crise.

Comment le chavisme gère-t-il sa victoire du 30 juillet?  Jusqu’à présent, sa stratégie est orientée vers la justice pour les nombreuses victimes, le conflit politique et l’installation de la structure institutionnelle de l’Assemblée Constituante

Arrive maintenant l’heure de l’économie, du rétablissement des équilibres. C’est d’une décision toute politique qu’il s’agit là.

VV1

Source : htpp:/www.hastaelnocau.wordpress.com/2017/08/26/las-oportunidades-urgentes-del-chavismo