En décembre 2016, suite à l’affaire Conversano, Alain Soral avertissait les jeunes français sur les pièges de la violence « nationaliste » et « suprémaciste ». Un message auquel n’a pu accéder Logan Nisin, le militant d’« ultra-droite » qui projetait d’attaquer des réfugiés, des mosquées, le marché aux puces de Marseille mais aussi Christophe Castaner et Jean-Luc Mélenchon.

qsdfghj Résultat : dix jeunes « blancs » – dont deux mineurs – interpellés par un dispositif composé de policiers de la sous-direction antiterroriste (SDAT), de la DGSI et du RAID, une diabolisation de la mouvance nationaliste, la réactivation du fantasme de guerre civile, et le sabotage d’une possible union sacrée entre souverainistes de gauche et souverainistes de droite.

Jean-Luc Mélenchon vient en effet de rebondir sur l’affaire pour exiger la fermeture du local de l’Action française à Marseille, empêchant encore une fois la jonction naturelle et traditionnelle entre la question nationale et la question sociale.

E&R, par la voix de son président Alain Soral, rappelle qu’elle a toujours soutenu les vertus pacificatrices de l’égalité et de la réconciliation et donc invité ses adhérents et ses lecteurs à se tenir très éloignés de ce genre de manipulations.

Contre les idiots utiles et les traîtres à la réconciliation nationale : Soral a raison !

 

En décembre 2016, suite à l’affaire Conversano, Alain Soral avertissait les jeunes français sur les pièges de la violence « nationaliste » et « suprémaciste ». Un message auquel n’a pu accéder Logan Nisin, le militant d’« ultra-droite » qui projetait d’attaquer des réfugiés, des mosquées, le marché aux cezezbhbepuces de Marseille mais aussi Christophe Castaner et Jean-Luc Mélenchon.

 Résultat : dix jeunes « blancs » – dont deux mineurs – interpellés par un dispositif composé de policiers de la sous-direction antiterroriste (SDAT), de la DGSI et du RAID, une diabolisation de la mouvance nationaliste, la réactivation du fantasme de guerre civile, et le sabotage d’une possible union sacrée entre souverainistes de gauche et souverainistes de droite.

Jean-Luc Mélenchon vient en effet de rebondir sur l’affaire pour exiger la fermeture du local de l’Action française à Marseille, empêchant encore une fois la jonction naturelle et traditionnelle entre la question nationale et la question sociale.

E&R, par la voix de son président Alain Soral, rappelle qu’elle a toujours soutenu les vertus pacificatrices de l’égalité et de la réconciliation et donc invité ses adhérents et ses lecteurs à se tenir très éloignés de ce genre de manipulations.

Contre les idiots utiles et les traîtres à la réconciliation nationale : Soral a raison !

Terrorisme d'extrême droite : encore une fois, Soral avait raison

  https://www.egaliteetreconciliation.fr/Terrorisme-d-extreme-droite-encore-une-fois-Soral-avait-raison-48111.html