Au nord de la Cisjzzzaaaatttdordanie trois Palestiniens tentaient hier de se rendre à la ville de Naplouse, mais comme d'habitude il fallait passer une barrière de sécurité. Passer ses points de passage n'est pas forcement chose facile en temps normal mais cette fois ce fut particulièrement long et humiliant. 

Les soldats ont un droit discrétionnaire de contrôle, ils n'ont aucune obligation de faire passer ou de délai, il peuvent décidé de contrôler, refoulé ou retenir. Tzipi Nahmenson, (avec le fusil sur la photo) est particulièrement distinguée pour profiter de ce droit pour embêter les gens 

Une semaine sur deux elle est responsable du point de passage et ce depuis peu, mais de nombreux cas d'abus de la part de cette jeune officier de 22 ans ont été rapportés. 

Là encore, les trois Palestiniens ont eu obligation de resté debout et ne pas bouger, il leurs à été refusé de pouvoir aller uriner et leurs portable ont été saisit. Ils sont ainsi restés pas moins de dix heures debout bloqués, à la fin des dix heures ils ont été interdit de passé et forcé de retourné à leurs villages.

Les quatre soldates en garde du point de passage aurait était particulièrement moqueuses et insultantes vis à vis des trois Palestiniens.

Mais Tzipi Nahmenson qu'on surnomme là bas Tzipi la chienne par les Palestiniens aurait déjà fait, plus grave comme le maintien de femme debout et dénudée ou les coup de crosse de fusil, ou encore une gifle à une fillette de quatre an qui y a perdue une dent.Plusieurs cas aussi de palpation douteuse, de fouille insistante vis à vis de femmes.

Elle a été accusée de complicité de meurtre pour une Palestinienne et sa petite fille renversée par sa voiture, mais a été blanchit par le tribunal en 2016. Ensuite sa soldate Hazira Tzvi (prenant une photo à gauche) a elle tuée un Palestinien qui levait les mains mais ne pouvait se coucher comme demandé du fait de son âge. Mais son dossier n'a tout simplement jamais était suivit. Car en effet si 47% des crimes comit par les Hommes de Tsahal ne sont pas suivit c'est le cas de pas moins de 91% pour les femmes qui commettent des exactions.