ZZZZZZZZZZZZZZZZZERFGHJIOAuteur, journaliste et militant antisioniste brillant Michel Collon est il devenu un sayanim, soit un agent sioniste?

C'est une question qu'il est de plus en plus légitime de se poser.

Alors que cette personne à fait un grand travaille pour expliquer le sionisme et le capitalisme il semble qu'il roule à présent pour les deux.

En effet il a écrit un livre contre Alain Soral, on aime ou pas, le fait est qu'Alain Soral est le leader du monde antisioniste francophone, avant Soral le monde antisioniste n'était pas structuré et la dissidence qui a fait connaitre Michel Collon a bien été le fruit d'Alain Soral.

Tout militant antisioniste qui était adulte à la chute du mur de Berlin sait que la période 1992-2005 fut une véritable traversé du desert de l'antisionisme.

Le sionisme le sait et tous les leader sioniste, de BHL à Filkenkraut, en passant par Salim Laibi et Goldanel attaque tous Soral à boullet rouge.

On aurait pu pensé dans un premier temps que Collon à fait ce livre absurde et contre-productif, mais il semble insister dans sa lutte contre Soral, pourquoi fait il cela, quelle est son objectif, il n'y a qu'une seule et unique possibilité s'il continue encore, la conivance avec le sionisme, a t'il été corompu par l'argent des sionistes? Une chose est certaines s'il persiste à faire de "l'antisoralisme" primaire c'est forcement qu'il est devenu sioniste.

Il reproche à Soral de faire du sionisme un problême de religion et non un problême d'impérialisme capitaliste.

C'est faux.

Simplement Alain Soral articule les deux éléments complémentaires entre eux, faisant ainsi méthodologiquement sans le dire de la sionologie....On est donc bien loin de l'extême droite qui serait selon Collon propre au grand Soral.

Tout prendre uniquement sur le plan religieux comme le fait un Ryssen est clairement con, mais penser que le capitalisme n'est lui même pas le fruit d'une idéologie au moins tenté de religion l'est aussi.

C'est s'interdire de toucher l'idéologie qui mène aux actes.

Soral parle très bien du capitalisme en générale et des problêmes liés aux banques et aux ressources, mais ne se limite pas à cela.